lundì 1er NOVEMBRE à 16H

Les choses humaines

De Yvan Attal

interprètes Ben Attal / Suzanne Jouannet / Charlotte Gainsbourg / Pierre Arditi / Mathieu Kassovitz

Rèalisateur

Yvan Attal débute au cinéma avec Éric Rochant, qui lui permet d’obtenir le César du meilleur espoir masculin en 1989. Durant sa carrière, il est dirigé entre autre, par Spielberg dans Munich. À partir de 1997, il passe également derrière la caméra et réalise Ma femme est une actrice et Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants (2004) , deux films interprétés par Charlotte Gainsbourg. Son long-métrage Mon chien stupide a remporté le prix du Jury du festival France Odeon 2019.

Scénario

Yaël Langmann, Yvan Attal

Genre

Dramatique

Durée

138'

Image

Rémy Chevrin

Montage

Albertine Lastera

Décors

Samuel Deshors

Son

Pierre André, Thomas Desjonquères, Jean-Paul Hurier

Sociétés de production

Curiosa Films, Films sous influence

Distribution internationale

Gaumont

Distribution Italie

Movies Inspired

Yvan Attal tourne la page et après la comédie adaptée du roman de John Fante, il affronte, toujours derrière la caméra, l’un des thèmes brûlant de notre époque: la violence sexuelle. Il s’appuie une fois de plus sur sa talentueuse famille d’acteurs : Charlotte Gainsbourg, leur fils à tous deux, Sam, (qui explose littéralement tant il est bon et beau), accompagnés par le formidable Mathieu Kassowitz et par un vieux champion nommé Pierre Arditi. Le film se déroule dans un Paris riche et intellectuel où les jeunes étudiants vont se former aux États-Unis et, quand ils sont de retour, font bien plus que boire du champagne, ils sniffent de la coke et parient vulgairement sur les conquêtes nocturnes.
Mais la distance entre le jeu et la tragédie est étroite, ses conséquences sont au contraire infinies. Car en plus, la jeune fille qui dénonce l’agression est la fille du nouveau compagnon de la mère de l’accusé. Les familles recomposées se referment comme des huîtres, tout est bouleversé.
Qui a raison? Durant le procès, les avocats interrogent, les parties en cause répondent, les juges écoutent, mais saura-t-on jamais vraiment la vérité? Peut-être n’est-ce pas essentiel. Avec élégance, Yvan Attal nous fait réfléchir, sans jamais tomber dans le cliché du “trial movie” à l’américaine. (VG)