SAMEDI 30 OCTOBRE à 22h15

Serre-moi fort

De Mathieu Amalric

interprètes Vicky Krieps / Arieh Worthalter 

Rèalisateur

Durant sa longue carrière de comédien, Mathieu Amalric a travaillé avec de nombreux réalisateurs dont Otar Iosseliani, Arnaud Desplechin, Olivier Assayas, Benoît Jacquot, Claude Miller, Stephen Spielberg, Sofia Coppola, Emmanuel Carrère, Alain Resnais, David Cronenberg, Roman Polalski, et a été récompensé par trois Césars.
l débute derrière la caméra en 1997 avec Mange ta soupe; Tournée (2010) remporte le prix de la mise en scène à Cannes. Après Barbara (2017), Serre-moi fort est son huitième long-métrage.

Scénario

Mathieu Amalric, Claudine Galéa

Genre

Dramatique

Durée

97'

Image

Christophe Beaucarne

Montage

François Gedigier

Décors

Laurent Baude

Son

Olivier Mauvezin, Martin Boissau

Sociétés de production

Les Films du Poisson

Distribution internationale

Gaumont

Distribution Italie

Movies Inspired

“Mourir, dormir. Rêver, peut-être ”.
Il est presque impossible de raconter un film qui se construit image après image, séquence après séquence. Qui change après chaque scène, qui échappe aux attentes.
Un film intensément souhaité par son réalisateur, Mathieu Amalric. Pour le réaliser, il a adapté une pièce de théâtre de Claudine Galea, en défiant les lois du montage, en renversant les stéréotypes narratifs. On pourrait dire que Clarisse (Vicky Krieps) s’en va, un matin, quittant Marc et leurs deux fils. Elle a besoin d’air, de mer, peut-être d’aventure. Mais on pourrait aussi dire que dès le départ quelque chose ne tourne pas rond. Car Serre-moi fort demande de l’attention, demande que l’on admire sa photographie parfaite, que l’on écoute ses dialogues chuchotés.
Comme dans un film policier (un genre dont il est bien entendu très éloigné), Amalric nous offre de petits et précieux indices, nous permettant de recomposer une mosaïque faite de présent et de passé, de réalité et de fiction.
Il serait alors préférable de dire qu’il s’agit d’une histoire d’amour, d’un grand et douloureux amour. Et que, grâce aux notes d’un piano, à un briquet décoré, à la glace qui conserve (entre autres) les poissons, il nous sera possible d’arriver à comprendre, sinon tout, beaucoup de choses. (VG)